PORTRAIT #4 - CATHERINE LEMAIRE

Directrice associée @Kerdonis

 
CatherineLemaire

AVANT PROPOS

Je connais un petit peu Catherine et je sais qu’elle est en confiance avec moi, cependant, je la sens gênée à l’idée de parler d’elle... et je me dis que décidément les « Wonderwomen version 2019 » - celles qui donnent leur énergie et leur temps sans compter, celles qui font des journées à rallonge pour accomplir quotidiennement leur différentes casquettes Perso/ Pro/ Famille - ont encore du mal à tolérer la lumière faite sur elles.

Alors je décide de remédier tout de suite à cela, concernant Catherine.

#Parcours pro

Catherine nous vient du Nord, elle vit à Lyon depuis 2009 avec son mari et ses deux garçons et dirige avec son associé Kerdonis Data depuis 2015. Avant son arrivée à Lyon, Catherine a démarré sa carrière chez Sony à Paris en tant que chef de secteur, fraîchement diplômée de l’école de Management de Normandie en 2002.

Chez Sony, Catherine vit le « virage numérique » et les innovations technologiques : exit les VHS, arrivée des DVD, blu-ray et clé USB. Elle évolue trois ans après vers un poste de responsable grands comptes. Catherine m’explique qu’habituellement, les femmes chefs de secteur de son entreprise s’orientent ensuite plutôt vers les services marketing ; mais elle, elle se sent plus attirée par la négociation et le relationnel client même si le rythme de travail est soutenu et les discussions ardues.

En 2008, Catherine affirme son goût pour la négociation et la relation Grands Comptes en rejoignant Primagaz en tant que Responsable Grands Comptes GSA (Grandes Surfaces Alimentaires. Catherine est à l’aise dans cet univers plutôt masculin où elle se plaît à atteindre voire dépasser ses objectifs et apprécie entretenir de bonnes relations avec ses clients. Pour tenir son poste, Catherine sait faire preuve de patience, de ténacité et de « force morale » pour argumenter et ne pas fléchir. Alors, lorsque son mari est muté à Lyon en 2009 et que Catherine attend son deuxième enfant, elle conservera son poste quatre années durant avec ténacité, assurant les aller-retours Lyon-Paris plusieurs fois par semaine et enchaînant les journées à rallonge ‘4h – 21h’.

En 2013, Catherine quitte Primagaz pour intégrer le groupe Allègre Puériculture dont le siège est à Saint-Etienne. Manque de chance, six mois après son arrivée, Le groupe est racheté par des actionnaires nord-américains et le poste de Catherine est délocalisé à Colombes en région parisienne… Catherine poursuivra pendant deux années encore un rythme très soutenu et les aller-retours Lyon-Paris avant de demander une rupture conventionnelle qui lui sera accordée en mars 2015.

#SON PROJET ENTREPRENEURIAL

Loin de se reposer sur ses lauriers, Catherine crée Kerdonis data avec son associé en Avril 2015, soit à peine un mois suivant sa rupture de contrat. Catherine évoque sa rencontre avec son futur associé et la création de leur entreprise ‘comme une évidence.’

Nous avons Loïc et moi le même état d’esprit, nous sommes issus tous les deux de grands groupes et nous avions envie l’un et l’autre de mettre nos compétences très complémentaires à notre service.

Loïc étant ingénieur informatique chez l’un des leaders mondiaux de la Data. “Nous avons créé une SARL à 50/50, précisément ce que tout avocat déconseillerait... mais pour nous, c’était simple et efficace et cela dure ainsi depuis quatre ans”.

La particularité de fonctionnement entre Catherine et Loïc est qu’ils se trouvent à 700 kms l’un de l’autre. Mais Catherine a la solution et met en avant le positif de chaque situation : « Nous communiquons par téléphone ou par mail chaque jour. Vive les nouvelles technologies ! et je profite des vacances scolaires pour rendre visite à ma famille dans le Nord avec mes enfants, et pour voir Loïc. »

Forte de sa solide expertise commerciale grands comptes, Catherine se lance cette fois-ci dans le développement de la clientèle de sa propre entreprise. Et pour se faire, elle opte pour le marketing « réseau » ou « relationnel”. Elle se sent en phase avec cette approche commerciale en douceur via l’intégration des réseaux. Les résultats se font sentir et Catherine trouve décidément son rythme de croisière : Kerdonis Data est en croissance chaque année depuis quatre ans, le développement de l’entreprise se fait « tranquillement et sereinement. »

Ce qui permet à Catherine de consacrer une grande partie de son temps à ses différents réseaux, pas moins de 6 groupes dont le BNI au sein duquel Catherine est très impliquée puisque elle est directrice consultante depuis 2018 et, LDigital où Catherine est bénévole pour la commission développement & communication.

Catherine s’épanouit dans ce que l’on nomme le « marketing réseaux » ou le « marketing de recommandation » et, comme à son habitude, elle déploie méthodiquement et de manière déterminée son énergie pour développer cette compétence pour laquelle elle a des facilités évidentes. Ainsi, Catherine fait référencer Kerdonis Data comme organisme de formation. Elle trouve également le temps de transmettre son enthousiasme et ses conseils en Marketing relationnel auprès des étudiants en Master 2 ITC (Ingénierie Technico-Commerciale) à l’Université de Lyon 1.

« Apprendre que grâce à mes conseils, des étudiants ont su mobiliser leur réseau et ont pu trouver une alternance me remplit de gratitude. » « Je donne effectivement beaucoup de mon temps mais ce que je reçois en retour est au-delà. »

Je dois écourter notre échange parce que Catherine doit animer un Workshop sur la Data au Congrès Email & Data Marketing à Lyon, en partenariat avec le SNCD (Syndicat National de la Communication Directe). Wonderwomen version 2019 vous dis-je !

#Ses conseils aux jeunes femmes et aux femmes en questionnement sur les métiers du numérique

Réponse sans détour de Catherine : « il faut tout simplement OSER ! »

Catherine invite à passer à l’action plutôt que de se figer par les questions qui fusent et les réflexions stériles en citant Sénèque parmi la liste de ses phrases inspirantes à portée de main :

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.

Clémence Thieulin

Lyon, le 27 mars 2019