PORTRAIT - karine bontemps

co-pilote du collectif LDigital

 
portrait-ldigital-karine.jpg

#Parcours perso

« Ma vie, ce sont en fait plusieurs tranches de vie », commence Karine. « Il a toujours été très important pour moi de trouver le juste équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle », nous confie-t-elle. Ainsi, elle a par exemple arrêté de travailler un an, en 2000, pour consacrer son temps à son bébé. Une autre tranche de sa vie a également été marquée par des déplacements à l’international. « C’est une alternance entre tranches de vie familiales et tranches de vie professionnelles ».

#parcours pro

Pure informaticienne, Karine s’est formée à l’informatique il y a plus de 30 ans. Elle s’est spécialisée dans l’Intelligence Artificielle, un secteur « déjà à la mode à l’époque », nous raconte-t-elle.

Par la suite, elle est devenue salariée chez un constructeur informatique puis est rentrée dans la partie « industrielle » du secteur en tant que chef de projet informatique. Puis, en 2006, elle a pris des responsabilités en devant Manager International chez Areva. Une expérience marquante, durant laquelle elle a beaucoup apprécié « l’approche multiculturelle avec les États-Unis et l’Allemagne » ainsi que « la partie managériale et la collaboration entre les personnes ».

Aujourd’hui, Karine est en cours de création d’entreprise comme consultante et formatrice en digital.

Aux États-Unis, j’avais beaucoup de femmes dans mes équipes, alors qu’en France, c’était un véritable parcours du combattant pour trouver des candidates

#succès

« Le numérique m’a permis de développer ma curiosité », commence-t-elle. « 30 ans après la fin de mes études, je continue à apprendre de nouvelles choses, de nouveaux métiers, de nouveaux secteurs comme c’était le cas pour l’industrie ». « Quand j’ai commencé, nous n’avions ni ordinateur à la maison, ni internet et très peu de téléphone portable ! », poursuit-elle avant d’ajouter qu’elle a aimé apprendre sur le tas et est heureuse d’avoir su s’adapter sans cesse aux nouvelles technologies et d’avoir réussi à trouver l’équilibre entre toutes les périodes de sa vie. « C’est aussi grâce à mon mari, qui m’a toujours suivi dans mes projets ».

#echecs

Sans parler vraiment d’échec, Karine évoque les plus grosses difficultés qu’elle a pu rencontrer au cours de son parcours. « En 2011, mon entreprise a été victime d’une cyber-attaque. C’était le tout début des piratages, et se former en cette période de crise s’est avéré très compliqué pour moi, mais également très intéressant ! ». Une expérience qui lui vaut aujourd’hui d’être très au fait de la cyber-criminalité, un sujet qui la passionne. « L’autre souvenir difficile qui m’a marqué a été celui de manager des équipes allemandes sans parler leur langue ». Un challenge qui s’est « finalement bien passé ».

Tout ce qu’elle retire de ces complications est qu’il est « important de ne pas avoir peur de l’échec ». Selon elle, « ils permettent de voir les choses différemment, de trouver de nouvelles forces, chez soi tout comme chez les autres, pour arriver à les surmonter ».

#conviction numérique

« Pour moi, le numérique c’est vraiment pour tous et toutes ! ». Le ton est donné et la conviction est forte : « il n’y aucune raison pour que 50% de la population n’aille pas vers cette filière porteuse d’emploi. C’est vrai qu’il est important, évidemment, d’aimer le côté technique et la technologie, mais le digital est aussi synonyme de la créativité et de littérature par exemple. Je suis convaincue qu’il y a du travail pour tous les profils et toutes les compétences, et en particulier ceux femmes ».

Elle termine en nous témoignant son ravissement pour « la belle énergie au sein du collectif LDigital, celle des porteurs de projet et des bénévoles » et conclue « Rejoignez-nous dans le collectif ! ».