Matinale spéciale mixité au travail le 4 juin

mixité.png

Le 4 Juin 2019, la fondation LDigital a organisé sa première matinale conjointe avec Digital League autour du thème "J'ai embauché des femmes dans le digital, et ça va mieux!".

Cette matinale, dédiée aux entreprises du digital et aux membres de LDigital, a été l'occasion de partager et d'exploiter les témoignages d'entreprises qui ont constaté les bénéfices de la mixité pour en tirer des enseignements permettant de promouvoir la place des femmes dans l'économie digitale, sur l'ensemble des métiers. Elle a eu lieu dans les locaux du Cluster Numérique Digital League.

Cette matinée a débuté par une table ronde animée par Christelle Stirer, une bénévole très engagée au sein de LDigital, suivie d’un workshop participatif.

5 représentants d’entreprises étaient invités à débattre sur le sujet :

 
0.png
 

La mixité dans le numérique : encore un long chemin à parcourir …

Renaud Sornin, président de la French Tech One Lyon Saint-Etienne a introduit cette matinée par un coup de gueule : “Il faut imposer la parité ! C’est un vrai combat à mener par tous”. Selon lui, le nombre de femmes dans des postes haut placés est beaucoup trop faible, que ce soit dans les entreprises, mais également au sein du gouvernement. Daniel Baudry, délégué général de Digital League a surenchérit :

On ne manque pas de femmes mais de vocations, il faut faire connaître les métiers du numérique aux femmes !

En effet, la méconnaissance de ces métiers par le public féminin serait l’une des causes du manque de mixité. Pour y pallier, il faut aller à leur rencontre, leur présenter et leur faire tester ces métiers. Une action que LDigital mène depuis plusieurs années, par exemple à travers des actions d’initiation au code informatique. Daniel Baudry ajoute : “il faut donner envie d’aller vers le digital et montrer aux femmes que dans ce domaine, on travaille sur des projets qui ont du sens”.

En entreprise, les équipes mixtes sont celles qui fonctionnent le mieux

Tous les participants à la table ronde étaient d’accord sur un point : un des critères essentiels dans le recrutement, c’est la diversité ! L’enjeu est donc de rassembler des profils qui ne se ressemblent pas forcément, mais qui vont pouvoir travailler ensemble efficacement.

Notre force pour être performants, c’est être complémentaires. Et cela passe par une mixité de genre, de culture mais surtout de savoir devenir.
— Anne-laure Plessier - Cocoom

Tilkee, l’entreprise de Tim Saumet, fournit des logiciels de tracking de documents numériques à ses clients. Et bonne nouvelle, leur équipe de développeurs compte autant d’hommes que de femmes. Un bel exemple à suivre, qui s’appuie sur une diversité sociale et sur des profils qui se sont dirigés vers ces métiers au fil de leur carrière. Ces derniers sont plein de ressources: “Dans l’équipe technique, j’ai 2/3 de reconversion et c’est l’un de nos leviers de recrutement”.

Les soft-skills sont des « Intelligences Humaines », des compétences essentiellement comportementales qui permettent de gérer et traverser au mieux des situations complexes. Selon Anthony Bleton-martin, certains soft skills sont plus largement portés par les femmes. Une raison de plus de les recruter !

Des bonnes pratiques à encourager

Selon le CEO de Mailclark, la discrimination positive, parfois controversée, est à encourager dans le recrutement. “Je fais tout pour favoriser les femmes à l’embauche : à compétences égales, je ferais toujours ce choix jusqu’à ce que j’atteigne la parité”. La discrimination positive serait donc une solution pour faire changer les mentalités à long terme.

Diana Franco encourage la transmission de connaissances au sein de son équipe, car c’est une manière de faire monter les femmes en compétences et leur donner davantage confiance en elles. Tim Saumet, au contraire, apprécie cette “humilité” des femmes. Selon lui, quand elles sont sûres d’elles sur un projet, il sait qu’il peut leur faire entièrement confiance.

Il évoque également les bienfaits du télétravail au sein de son entreprise Tiklee. En effet, le télétravail permet aux profils féminins comme masculins d'allier vie professionnelle et vie familiale. Il faut savoir qu’au sein de la société française, même si les hommes ont de plus en plus de place dans la parentalité, les femmes sont statistiquement plus souvent absentes par obligations familiales (par exemples, elles sont parfois contraintes de quitter le travail plus tôt pour récupérer leurs enfants à la crèche). Le télétravail leur permettrait donc d’être plus flexibles au niveau de leur emploi du temps. Selon lui, le congé parental devrait être de la même durée pour les hommes et pour les femmes. De ce fait, l’absentéisme ne serait plus un critère de sélection pour les employeurs peu scrupuleux !

un workshop pour faire émerger des idées nouvelles

Le public qui a assisté à la table ronde a ensuite été invité à être acteur de cette matinée, afin de faire émerger des idées innovantes par le collectif. Ils ont ainsi été répartis en plusieurs groupes et ont proposé leurs propres mesures en faveur de plus de mixité dans le monde du travail. Les interventions, riches et inspirantes, donneront lieu à l’écriture d’un livre blanc.

En conclusion ?

Cette table ronde s’est conclue sur une affirmation unanime : l'exemplarité est fondamentale.

Les parents ont un rôle primordial dans l’éducation, mais malheureusement ils reproduisent parfois de manière inconsciente des stéréotypes dans l’imaginaire de leurs filles, qui les conduira à s’autocensurer si ces métiers “réservés aux hommes” les intéressent.

Mais l’enjeu de la mixité dans les métiers du numérique se joue également à l’école, du primaire à l’enseignement supérieur. Les professeurs comme les parents doivent être informés et formés sur les opportunités des métiers de la tech pour les hommes et les femmes, et leur accessibilité à tous.

Enfin, les entreprises ne devraient pas prendre en compte le sexe du candidat dans leur recrutement, et adapter leur management aux réalités sociales des femmes, dans une société qui n’est pas encore totalement égalitaire. Cependant nous sommes sur la bonne voie : la qualité des interventions et l’engagement des entreprises représentées lors de cette table de ronde est plus qu’encourageante !

Il faut formaliser la place des femmes dans tous les secteurs professionnels. Ainsi, elles pourront OSER se lancer dans les carrières dont elles rêvent

Les institutions ont aussi leur rôle à jouer pour promouvoir le numérique auprès des femmes. La fondation LDigital a la chance de pouvoir compter sur de nombreux partenaires sur la Région Auvergne-Rhône-Alpes : la French Tech One, la Direccte, les acteurs publics et associations qui s’allient à nos projets, ainsi que les nombreux bénévoles qui nous apportent leur précieuse contribution.

Le prochain défi de lDigital ? Rallier davantage d’entreprises à notre cause, car elles sont l’un des leviers les plus importants de la mixité dans les différents corps de métiers. S’engager auprès de LDigital, c’est agir pour un futur plus égalitaire dans le monde du travail, et plus largement dans la société.

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez contribuer à notre projet ?



Angela Blachere